Compte-rendu AG 2018

Notre troisième assemblée générale s'est tenue samedi 9 juin à la salle polyvalente de La Roche de Rame où une trentaine de personnes étaient présentes, parmi lesquelles Claire Bouchet, suppléante du Député Joël Giraud, Jean Conreaux représentant le Conseil Départemental et Michel Frison, maire de la commune, ainsi que trois autres conseillers municipaux. Environ 40 pouvoirs ont été donné. Le quorum étant atteint, l'assemblée pouvait légalement commencer.
Les différents rapports (moral et financier), le montant de la cotisation (10 euros) et l'appel à candidature, ont été adoptés à l'unanimité.
En partenariat avec la Municipalité trois actions sont d'ores et déjà mises en place  : la pose de 2 nouvelles banderoles avec le message «  Une vraie déviation et rien d'autre  » et 2 motions, l'une destinée aux élus et l'autre dans un premier temps aux Rochons mais qui sera étendue aux communes proches. Une opération porte à porte est prévue envers les Rochons. Ces 2 motions portent les logos de la municipalité et de l'association.

Nous pensions que cette assemblée générale serait ordinaire, c'était sans compter sur le courriel envoyé par le Directeur général adjoint de la DREAL PACA au Député Joël Giraud le vendredi 8 juin. Courriel (à retrouver en intégralité à la fin de cet article) qui faisait suite aux diverses sollicitations du Député, restées sans réponse jusqu'à présent, et qui fait état de l'actualisation des études d'opportunité de la déviation, en régie, c'est à dire par les services de la DREAL alors même que le courrier daté du 4 juillet du Préfet de Région, adressé au Député Joël Giraud indiquait un avis d'appel public à la concurrence publié pour juillet 2017 (ce fut fait avec 2 mois de retard sur le site internet «  marchesonline  »), puis une remise des offres pour septembre et enfin le choix du prestataire pour la fin de l'année 2017. Les 2 dernières étapes n'ont donc jamais été suivies et nous posons donc les questions  : pourquoi la DREAL s’autorise-t-elle de ne pas respecter l’ordre ministériel  ? Et où sont passés les 200 000 euros affectés à ces études  ?
Mais le courriel de la DREAL ne s'arrête malheureusement pas là et a de quoi énerver le bureau de l'association, ses membres et tous les élus présents. En effet, la DREAL indique que «  le dossier a pris du retard en raison de difficultés rencontrées sur la rocade de Gap et de l'appui donné à la DDT des Hautes-Alpes sur le glissement du Pas de l'Ours  », c'est bien pour cela qu'il fallait missionner un cabinet d'études  !!!
On continue  : la DREAL indique que «  les trafics relevés ces dix dernières années sont sensiblement inférieurs aux projections de la précédente étude  ». Inférieurs, mais de combien  ? Et sur quelles périodes ? Est-elle venue voir sur place le nombre de camions qui passent lorsque des routes comme celles du col de Larche sont fermées par exemple, ou le nombre de véhicules qui circulent en périodes de vacances (été ou hiver), une baisse sensible (qu’il faudra prouver) justifie-t-elle de sacrifier la sécurité des usagers et le développement du village  !!!
Ensuite la DREAL évoque «  la réglementation durcie des contraintes environnementales et que les déviations à proximité du lit de la Durance seront extrêmement compliquées  ». Compliqué ne veut pas dire infaisable, on en veut pour preuve la future station d'épuration de la commune sous délégation de la Communauté de Communes qui sera dans le lit majeur de la Durance. Et par ailleurs, doit-on mettre au même niveau comparatif, la défense d’un végétal et la sécurité de nos enfants  ?
Côté coût, la DREAL, sans avoir fait aucune étude, sans avoir fait un re-calcul précis, évoque déjà «  un bilan coûts/bénéfices dégradé par rapport à 2006  ». Qu'il y ait eu des augmentations en plus de dix ans paraît assez logique, cependant d'autres variantes pourraient être envisagées, comme une version par encorbellement (évoquée lors de cette AG et par ailleurs qui devait être étudiée par la DREAL) et dont on ne peut connaître le coût qu'après l'avoir étudiée. De plus comment faire passer l'argent avant l'humain  ?
Toujours côté budget, la DREAL fait état de «  projets en cours qui sont en aménagement de capacité ou en sécurisation d'itinéraire  », le projet de déviation de La Roche de Rame ne fait-il pas partie de ces 2 cas  ?
En conclusion, le Directeur Régional adjoint de la DREAL PACA indique qu'il LUI semble que «  le portage d'une solution hors aménagement serait hors d'atteinte à moyen terme  ». Une conclusion bien trop hâtive, péremptoire, sans aucune étude, que bien sûr nous refusons. Et comment peut-il être juge et partie sur ce dossier  ?

Nous donnons alors la parole aux élus présents  :
    Claire Bouchet, suppléante du Député Joël Giraud, se dit stupéfaite d'une telle réponse et trouve irréel d'évoquer un bilan coût/bénéfice.
    Michel Frison indique que l'évolution est au bénéfice de la commune, avec des aménagements de part et d'autres de la RN, qui justifient encore plus la déviation. La municipalité n'est pas à court d'arguments. Il indique que le soutien le plus important est celui du département.
    Jean Conreaux, qui représente le Conseil départemental,  est également stupéfait d'une telle réponse. Il précise que le Conseil départemental doit soutenir les maires et qu'à ce titre celui-ci soutiendra la demande qui pourrait être faite par la municipalité pour l'obtention de la déviation.

Il est rappelé qu’une vraie déviation SERA un investissement porteurs de fruits  : revitalisation du village, redynamisation des commerces, amélioration de la convivialité du centre-village, augmentation de la fréquentation touristique par la mise en valeur du lac et des ses alentours, déport ou diminution des pollutions, sécurisation de tous les déplacements, …
Alors d’un simple aménagement de la RN actuelle SERAIT une dépense inutile qui tuerait définitivement le village... en augmentant l’insécurité par la mise en présence de piétons le long de la RN, en augmentant toutes les pollutions, en interdisant un développement harmonieux des activités.

Il a été décidé qu’un courrier commun (Député, Conseiller Départemental, Maire et Association et si possible Conseillers Régionaux) sera adressé à la DREAL dans les tous prochains jours.

En conclusion, comme nous l'avons toujours rappelé, tant que les promesses des décideurs seront tenues, notre association saura être patiente.
Dans le cas contraire, des actions seront réalisées.
Notre village, ses habitants et tous les usagers de la RN 94 n'ont que bien trop attendu cette déviation

UNE VRAIE DÉVIATION ET RIEN D'AUTRE

 

 

Courriel envoyé le 8 juin 2018 à Joël Giraud, Député des Hautes-Alpes

repris en intégralité

 

"Bonjour M le député,
en 1er lieu, je ne peux que vous demandez de nous excuser pour l'absence de réponse formalisée à vos courriers précédents.
Comme nous en avions convenu, l'actualisation des études d’opportunité de la déviation de la Roche de rame qui datent de 2006 sont en cours de réalisation en régie. 
La finalisation du dossier a pris du retard notamment du fait des difficultés rencontrées sur la rocade de Gap et de l'appui donné à la DDT des Hautes Alpes sur le glissement du Pas de l'Ours.
Ce sont en effet les mêmes personnes qui traitent tous les dossiers des Hautes-Alpes.
Je peux néanmoins vous donner d'ores et déjà quelques éléments.
Tout d'abord, la mise à jour des hypothèses de la précédente étude de 2006 n’apporte pas vraiment d’éléments nouveaux sinon que les trafics relevés ces dix dernières années sont sensiblement inférieurs aux projections de la précédente étude.
Par ailleurs la prise en compte réglementaire des contraintes environnementales s’étant durcie, les solutions de déviation à proximité du lit de la Durance seront extrêmement compliquées à faire aboutir. Elles seront très difficiles à justifier à l'autorité environnementale d'où une forte incertitude sur la capacité à obtenir une déclaration d'utilité publique pour de telles variantes.
L’étude en cours présentera la mise à jour des coûts des différentes variantes évoquées en 2006 mais sans attendre leur recalcul précis on peut déjà affirmer que leur bilan coûts/bénéfices sera dégradé par rapport à 2006.
En outre, au regard des contraintes budgétaires actuelles dont vous êtes évidemment parfaitement informé et des nombreux projets intéressant les Hautes-Alpes que ce soit en aménagement de capacité ou en sécurisation d'itinéraires compte tenu des risques importants de glissement sur plusieurs secteurs des RN 91 et 94, le portage d’une solution hors aménagement sur place me semble hors d'atteinte à moyen terme.
En conclusion, l’avancée de l’étude d'actualisation ne remettra pas en cause les conclusions de la précédente.
Enfin, pour avoir le temps de finaliser l'étude et d'en faire un résumé accessible au grand public, je vous propose que la DREAL vienne la présenter à la commune à la rentrée.

Respectueusement

Éric LEGRIGEOIS _ Directeur Régional adjoint
Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement PACA"

Le commerce et la déviation

Lors du conseil municipal du 12 octobre 2017, Jean-Robert Richard, 1er adjoint, indiquait que les commerçants du village étaient majoritairement contre la déviation.

Nous aurions aimé connaître exactement quels étaient les commerçants qui avaient été rencontrés. Est-ce qu’il s’agissait des commerces saisonniers, à l’année, les deux ? Lors de cette rencontre, les arguments en faveur de la déviation ont-ils été évoqués ? (nous rappelons que la municipalité a voté à l’unanimité des avis intangibles pour la réalisation de la déviation et refusant tout aménagement).

 

Nous comprenons les craintes que peuvent avoir les commerçants saisonniers, à proximité du lac, y compris le camping, par la perte de clientèle induite par la suppression du trafic routier, cependant le lac est un atout majeur pour la commune, il sera important de communiquer (municipalité, commerces, camping) sur ce plan d'eau naturel dans un cadre exceptionnel, qui le sera d’autant plus lorsque les nuisances auront été supprimées (bruit, pollution, insécurité).

 

Concernant les commerces ouverts à l’année, nous constatons que la déviation n’est en rien responsable dans leur survie. Et oui le flot de voitures et de camions passent toujours dans le village et pourtant, le bar est maintenant fermé depuis plusieurs années, le restaurant vient de fermer et seul subsiste l’épicerie. Le commerce ouvert à l'année fonctionne essentiellement avec les locaux, il faut fidéliser cette clientèle par des produits, prix et services de qualité, un accueil chaleureux, une régularité dans les jours et horaires d'ouverture… même si tout n'est pas si simple, un commerçant doit sans cesse se remettre en question.

 

Les travaux de la nouvelle place du village, la réhabilitation du château (Lucéo), l'achat de la maison Queyras par l'association Les Croquignards (qui sera transformée en un lieu social et culturel), l'achat des annexes et de l'hôtel Fourrat par la municipalité (qui seront réhabilités), tout cela le long de l'actuelle route nationale, ne pourra avoir du sens que si le trafic routier est supprimé. La déviation permettra la suppression des nuisances, apportera la sécurité pour tous les usagers, redynamisera le village en permettant la réhabilitation des maisons abandonnées le long de cet axe.

 

Nous avons donc voulu connaître l'avis des commerçants de deux villages proches de La Roche de Rame, à savoir Saint-Crépin et Châteauroux les Alpes, des villages déviés depuis de nombreuses années où le commerce y est bien plus présent qu'ici. La Roche de Rame se situe, en nombre d'habitant entre Saint-Crépin et Châteauroux les Alpes. Ces trois villages se trouvent tous à proximité de villes qui disposent de tous les commerces nécessaires à la vie de tous les jours (Embrun, Guillestre, L'Argentière la Bessée).

 

Nous vous invitons à prendre connaissance des témoignages de ces commerçants, comme celui de l'épicerie de Châteauroux les Alpes, qui démontre l'utilité de la déviation :

 

« Sans déviation, magasin inaccessible car impossible de s’arrêter. Au début de la déviation, creux au niveau des commerces. Besoin de réhabituer la clientèle. Pour La Roche de Rame (LRDR), une déviation est vitale. Après déviation, nécessité de revitaliser le village ».

 

 

Pour La Roche de Rame, la revitalisation n'a pas attendu la déviation, elle l'a devancée.

 

Alors si Saint-Crépin ou Châteauroux les Alpes ont su maintenir une certaine activité commerçante, pourquoi cela ne serait-il pas possible à La Roche de Rame !

 

Télécharger
2018 01 30 enquête.pdf
Document Adobe Acrobat 104.6 KB

Hautes-Alpes : 215 millions d'euros pour la RD 1075 et la RN 85

La déviation de La Roche de Rame est de la compétence de l'État et de la Région, cependant la route nationale est l'axe majeur du département et fait donc partie à juste titre de la desserte du futur de nos territoires. L'engagement du Conseil Départemental dans ce projet doit être total, nous avons donc envoyé un courrier à son Président, jean-Marie Bernard, afin de solliciter une rencontre et obtenir un consensus commun sur la réalisation de la déviation.

 

 

http://alpesdusud.alpes1.com/news/hautes-alpes/67486/hautes-alpes-215-millions-d-euros-pour-la-rd-1075-et-la-rn-85

 

OUI pour une déviation NON pour un aménagement

PÉTITION

L'urgence d'une déviation

Ce matin, une situation qui aurait pu être dramatique si elle s'était passée à l'entrée nord du village, un endroit où certains poids lourds ne ralentissent que tardivement
Vidéo à voir en entier, la remorque du camion se balance dangereusement
Merci de partager et signer notre PÉTITION

SCoT du Pays des Écrins

Le président et le secrétaire de DÉVIATION-LRDR étaient présents lundi 12 février à L'argentière la Bessée lors de la réunion publique de présentation du SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) du Pays des Écrins.
La déviation est inscrite dans les grands projets de ce SCoT, même si cela n'oblige en rien les décideurs que sont l'État et la Région, il s'agit  d'une reconnaissance pour notre association qui démontre le travail effectué auprès des élus depuis le début.

À écouter au journal de la RAM

http://www.ram05.fr/podcastgen/?name=2018-02-13_journal_de_midi.mp3

 

Ci-dessous, le document projeté lors de cette réunion publique.

Télécharger
12022018-RP-PADD_V2.pdf
Document Adobe Acrobat 2.2 MB

Le Député Joël Giraud écrit à la DREAL afin de connaître l'état d'avancement du dossier de la déviation de La Roche de Rame

Rencontre avec Marcel Cannat, vice-président du Conseil départemental

Ce matin du 15/01/2018, l'association Déviation-LRDR, en l'occurrence son président et son trésorier, avait rendez-vous à Guillestre à la maison des solidarités avec M. Marcel Cannat, conseiller départemental, en charge des routes. L'objectif de cet entretien était de présenter l'association au vice-président du CD05, de faire le point sur la situation actuelle et de lui présenter la position intangible de l'association qui consiste à refuser un aménagement de la RN actuelle "en détruisant quelques maisons". Cette dépense se révèlerait inutile car elle ne résoudrait en rien les problématiques actuelles d'insécurité, de pollution et de mort annoncée du centre-village et du lac naturel, patrimoine et lieu touristique renommés. L' association réclame un réel investissement d'une DEVIATION de la RN94, seul garantie pour l'avenir du village, de ses habitants et des centaines de milliers d'usagers concernés (touristes, transporteurs, services de sécurité et autres, habitants du département,...)
A l'issue d'une heure d'échanges constructifs, Jean-François Albrand, le président de Déviation-LRDR, a remis un dossier comparatif (déviation versus aménagement) au conseiller départemental qui s'est engagé à l'étudier et à le transmettre à M. Jean-Marie Bernard, président du CD05.
Même si le département des Hautes-Alpes n'a pas de compétence directe dans ce projet (Route Nationale = Etat + Région), il est important qu'un large consensus départemental existe et l'association demande au Conseil Départemental de s'engager officiellement à soutenir l'exigence d'une VRAIE DEVIATION

Courrier Perspectives Haut-Alpines

Lors des assises de la mobilité le 30/11/2017, organisées par l'association Perspectives Haut-Alpine, l'association DÉVIATION-LRDR avait cosignée une lettre adressée à la Ministre des Transports.

Un courrier a été envoyé à Perspectives Haut-Alpines afin d'apporter quelques précisions.

Extraits de la circulation sur la route nationale 94 dans La Roche de Rame

Jeudi 5 octobre 2017 entre 7h30 et 9h
Véhicules qui s'arrêtent ou qui roulent sur le trottoir pour laisser passer d'autres véhicules, mauvaise visibilité pour les véhicules s'engageant sur la nationale depuis le croisement, dangerosité pour les piétons qui traversent et pourtant sur un passage sécurisé… et c'est ainsi tous les jours.

L'utilité d'une déviation n'est plus à démontrer.

N'oubliez-pas de signer et de partager la pétition.

https://www.change.org/p/renaud-muselier-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9gion-provence-alpes-c%C3%B4te-d-azur-pour-la-d%C3%A9viation-du-village-de-la-roche-de-rame

Avis d'appel public à la concurrence

La première étape des études est lancée avec l'avis d'appel public à la concurrence qui a été publié.
Nous accueillons cette annonce avec beaucoup de plaisir.
Tout n'est pas gagné mais cette étape est obligatoire, l'essentiel étant que le processus soit enclenché. L'aménagement de la route actuelle est prévue dans cette étude, solution que nous refuserons, conformément à nos statuts, seule une déviation pouvant sécuriser et dynamiser le village.

https://www.marchesonline.com/appels-offres/avis/deviation-de-la-roche-de-rame-etudes-d-opportunite/ao-7404380-1

Manifestation Tour de France 2017

L'association DEVIATION-LRDR remercie tous ses membres pour leur présence lors de cette journée. Habillés en rouge, nous avons profité du passage des féminines dans un premier temps, puis de la caravane publicitaire et ensuite de l'épreuve du Tour de France, pour montrer notre détermination à obtenir rapidement la déviation de notre village. Nous avons rassuré dès le matin les forces de l'ordre, présentent en nombre, que nous n'avions pas l'intention de bloquer l'épreuve, la commande des études étant officialisée. Nous resterons vigilants sur le respect du calendrier annoncé. La municipalité était représentée par la présence d'une adjointe et d'un conseiller municipal.

Commande des études

Dans un courrier en date du 7 juin la Ministre chargée des transports commande les études d'opportunité de phase 1 au Préfet de Région.
Première étape : diagnostic de la traversée du village et cause des dysfonctionnements actuels ou à venir
Deuxième étape : regarder les possibilités d'aménagement d'une déviation en tracé neuf et d'un aménagement en traversée de La Roche de Rame

Nous le rappelons encore mais l'association refusera tout aménagement de la traversée actuelle du village.
Nous veillerons à ce que le calendrier annoncé par le Préfet de Région dans sa lettre du 4 juin soit respecté, à savoir :
- Avis d'appel public à la concurrence publié d'ici fin juillet
- Notification du marché au prestataire avant la fin de l'année 2017
- Remise du dossier en septembre 2018

Calendrier des études

Annoncée à notre association vendredi 30 juin lors de notre rendez-vous avec la municipalité, la commande des études vient d'être confirmée par un courrier en date du 4 juillet du Préfet de Région adressé au Député Joël Giraud. Le cahier des charges des études est en préparation, l'avis d'appel public pour trouver un cabinet d'études sera publié fin juillet pour une remise des offres courant septembre 2017, avec notification au prestataire avant la fin de l'année. Puis une remise du dossier en septembre 2018 pour décider de l'opportunité de réaliser l'opération.
Le travail réalisé depuis plus de 2 ans par notre association, grâce au soutien de tous ses membres et de la municipalité, porte enfin ses fruits, les prochains mois seront très importants et nous resterons vigilants, en rappelant encore et toujours que nous refuserons tout aménagement de la traversée du village et que l'économie de cette étude doit être faite par les services de l'État.

TOUR DE FRANCE

L'association DÉVIATION-LRDR vient d'envoyer ce courrier aux organisateurs du Tour de France afin de les sensibiliser à l'absence de déviation de notre village. Le passage du Tour lors de la 20e étape entre Briançon et le Col Izoard sera l'occasion pour l'association de se faire entendre. Les études qui devaient être lancées en début d'année (promesse de la DREAL lors de la réunion du 29 novembre) se font toujours attendre, mais nous, nous ne pouvons plus attendre.
Une copie est adressée aux Préfets (Région et Département), Maire de La Roche de Rame, Député de la 2e circonscription, Sénatrice et Conseillers Départementaux du canton de L'Argentière la Bessée.

Réponse de Joël Giraud au courrier envoyé par l'association

Élections législatives

2 candidats aux élections législatives ont abordé le sujet de la déviation dans leur profession de foi.

Joël Giraud : "Lancer les travaux de la déviation de La Roche de Rame, point noir de la RN 94"

Chantal Eyméoud : "J'œuvrerai pour les travaux d'améliorations de la voie ferré mais également pour que ceux relatifs aux routes nationales soient accélérés (déviation de La Roche de Rame)".

Une rencontre a également eu lieu avec Agnès Antoine.

"Agnès Antoine et la Convergence Citoyenne s'engagera pour la déviation du village de La Roche de Rame :
- En exigeant un calendrier précis et tenu de l'étude devant être fait en septembre 2017 pour avoir un résultat au plus tard à la fin de l'année 2017.
- En faisant prendre conscience au monde politique local et régional que ce combat citoyen doit être soutenu et accompagné par les élus.
- En ne voulant pas d'autoroute A51 mais en privilégiant l'amélioration du réseau existant routier en déviant les villages concernés en priorité".

Joël Giraud relance le Préfet de Région

Suite aux nombreuses relances de l'association, le Député Joël Giraud vient d'envoyer un courrier au Préfet de Région afin qu'il fasse un point sur l'état d'avancement des études (pour rappel, elles devaient démarrées en début d'année).

Il informe également le Préfet que l'association envisage des manifestations de mécontentement, notamment ors du passage du Tour de France.

Le Député Joël Giraud signe notre pétition

L'association DÉVIATION-LRDR remercie le Député Joël Giraud, sa suppléante Claire Bouchet et son attachée parlementaire Valérie Rossi pour leur soutien dans notre lutte.
Ils sont signataires de notre pétition demandant une déviation et refusant un aménagement de l'actuelle route de notre village.

Nous comptons sur les élus, locaux et départementaux, pour nous soutenir en signant à leur tour cette pétition.

Pour signer la pétition CLIQUEZ ICI

Lettre aux candidats à la présidentielle

En date du 29 mars 2017, l'association DEVIATION-LRDR, a envoyé aux 11 candidats à l'élection présidentielle une lettre demandant quel serait leur engagement concernant la déviation de La Roche de Rame. Au fur et à mesure des réponses reçues, nous les ajouterons à cet album.

Nous sommes indignés !!!

Le conseiller départemental Jean Conreaux nous lâche.
Dans une interview donnée à la radio DICI, Jean Conreaux indique que le projet de la mairie (donc celui de notre association) coûte très cher, il souhaite commencer dans un premier temps par aménager l’actuelle route en démolissant des maisons.
Notre association est apolitique mais nous n’accepterons jamais ceux qui baissent les bras avant de connaître le prix réel de la déviation et qui nous mentent en parlant «d’un premier temps», nous savons très bien qu’un aménagement serait définitif.

http://dici.fr/actu/2017/02/03/deviation-de-roche-de-rame-j-conreaux-n-y-croit-965860

Faisons un bref historique :
- 19 juillet 2015, lors d’une réunion d’information organisée par l’association à la salle polyvalente de La Roche de Rame, Jean Conreaux nous remercie d’avoir créé cette association, indiquant que cette déviation concernait toutes les Hautes-Alpes et que le Conseil Départemental nous aiderait pour l’inscription de celle-ci.
-  12 septembre 2015 (lors de l’inauguration de la pépinière de LRDR), Jean Conreaux présentait son «souhait que la prochaine inauguration ici serait celle de la déviation»
- 29 juin 2016, lors d’une séance plénière au Conseil Départemental, Jean Conreaux réclame des actions pour la construction d’une déviation (voir le DL du 19 juin).
- 7 août 2016, Jean Conreaux «tacle» son Président, Jean-Marie Bernard pour ne pas avoir parlé de la déviation de La Roche de Rame lors d’une rencontre avec le Préfet de Région «Merci d’avoir oublié la déviation de La Roche de Rame».
- 28 novembre 2016, lors de la réunion à La Roche de Rame avec les services de l’État (DREAL), le Député Joël Giraud, la municipalité et l’association, Jean Conreaux indique être là pour accompagner, qu’il prend plaisir à redynamiser la déviation et que le département aidera la commune.

À chaque fois, Jean Conreaux parle de déviation et non d’un aménagement, ce que nous avons toujours souhaité, dès le départ, nous n’avons trompé personne.

Nous demandons à Jean Conreaux de revenir sur sa position et de continuer à nous soutenir. Le village de La Roche de Rame ne pourra revivre qu’avec une véritable déviation, un aménagement n’apporterait que des nuisances supplémentaires, insoutenables pour les riverains et les usagers.

Nous ne lâcherons rien, n’y personne, La Roche de Rame aura sa déviation ou restera en l’état actuel, les élus responsables de cet échec en tireront toutes les conséquences.

Compte-rendu de la réunion du 28 novembre 2016

Ce lundi 28 novembre 2016 s'est tenue à La Roche de Rame une réunion de travail concernant la déviation. Cette réunion était organisée par Isabelle Sendrané, sous-préfète, en présence de Michel Frison (maire de La Roche de Rame), Madame Fabre et Messieurs Teissier et Far (Dreal), Joël Giraud (Député-Maire), Jean Conreaux (Conseil Départemental) et cinq personnes de l'association. La visite sur le terrain, avec notamment la vue depuis le rocher de la Cala surplombant la voie ferrée était obligatoire afin de bien visualiser le futur tracé de la déviation et les éventuelles contraintes. La réunion s'est poursuivie dans la salle des associations. Michel frison a fait un bref historique de la déviation, en rappelant qu'en 1999 avait eu lieu une enquête d'utilité publique et qu'en 2001, le Préfet de l'époque lui avait dit "vous êtes un maire heureux, la déviation sera réalisée pour les JO de 2006". Malheureusement, le financement n'était pas acquis et le projet n'a pas vu le jour. De nouveaux tracés avaient été présentés en 2005/2006 (3 variantes allant de 5 à 25 millions d'euros). Projet qui n'a pas abouti non plus et depuis… plus rien.

Michel Frison fait une présentation sur écran des différentes zones accidentogènes de la commune devant être prises en compte dans le futur tracé de la déviation. Ces zones vont de la ZA du Planet au carrefour du pont de Freissinières/Champcella (RD 38). Il indique que la municipalité ne veut pas entendre parler d'un aménagement de l'actuelle RN et qu'il faudra tenir compte des points noirs et plus particulièrement du centre du village et du lac qui devront être épargnés par le tracé de la déviation.
Jean François Albrand, le Président de l'association, rappelle également les statuts de l'association ainsi que les avis et principes intangibles de la municipalité et demande que ceux-ci soient pris en compte dans les études de la déviation. Il indique qu'il est inutile de faire une étude d'un aménagement de la route actuelle car celle-ci serait refusée, seule une véritable déviation devant nous être proposée.
Il demande, comme Michel Frison, un calendrier concernant les études.
La Dreal indique que l'étude d'un aménagement de l'actuelle route sera proposée, avec d'autres tracés, comme cela avait été le cas pour les études précédentes. Les études devraient pouvoir débuter début 2017 avec un inventaire faune/flore sur une année afin de couvrir les quatre saisons, les études des différentes contraintes réglementaires (PPR, loi sur l'eau, état des ouvrages, trafic, accidentologie), la concertation publique et l'enquête publique.

En conclusion, il va falloir être patient mais le processus est lancé, c'est bien là le principal.

Réunion avec les services de l'État

Lundi 28 novembre, en présence des services de l'État (DREAL, Région, Préfecture), se tiendra en mairie de La Roche de Rame une réunion à laquelle l'association participera. Il s'agit de la toute première réunion depuis l'annonce de l'inscription des études au contrat de plan État/Région 2015/2020.

À cette occasion, pour montrer la volonté des habitants à obtenir cette déviation, des drapeaux ont été posées sur les façades des maisons le long de la route nationale, ainsi que dans le village. Les personnes désirant un drapeau peuvent venir en chercher un au secrétariat de mairie aux jours et heures d'ouverture au public (de 9h30 à 12h du lundi au samedi).

 

Inscriptions des études, c'est officiel

Grâce à la mobilisation de tous, une étape importante vient d'être franchie avec l'officialisation de l'inscription des études de la déviation au Contrat de Plan État Région.
Voir ci-dessous le courrier envoyé par Joël Giraud au Président de notre association.

Fêtons ensemble la première année de l'association

Voilà maintenant un peu plus d'un an que l'association DEVIATION-LRDR existe. En une année, l'association, de par ses actions de lobbying auprès des élus locaux, départementaux et nationaux, a réussi à créer une dynamique autour de ce projet de déviation tant attendu, aussi bien par les habitants de La Roche de Rame que par toutes les personnes empruntant cette route. Dans un courrier en date du 14 juin, le Député Maire Joël Giraud a informé Michel Frison, maire de la commune, que le Ministre de l'Aménagement du territoire, Jean-Michel Baylet avait demandé l'inscription des études à la révision du contrat de plan État-Région. En attendant que cette première étape soit officialisée nous devons rester mobilisés, nous vous invitons donc à un pot le samedi 13 août, de 11h à 12h, dans le parc du château pour fêter la première année de l'association.

L'association sera également présente lors du vide-grenier le dimanche 14 août.

Télécharger
Courrier Giraud Frison 140616.pdf
Document Adobe Acrobat 660.9 KB

Action commune municipalité/association : pose de 2 banderoles dans le village, l'une au niveau de la terrasse du bar (photo) visible dans le sens Briançon-Gap, l'autre sur la façade de l'annexe Fourrat visible dans le sens Gap-Briançon

Réunion avec la Sous-Préfète

Compte-rendu de la réunion du 31/03/2016 organisée par Madame Isabelle SENDRANÉ, sous-préfète des Hautes-Alpes, en mairie de La Roche de Rame.

A cette réunion étaient présents avec Madame la Sous-Préfète, la Municipalité de La Roche de Rame représentée par son Maire, Monsieur Michel FRISON et son premier adjoint, Monsieur Jean-Robert RICHARD et l'association DEVIATION-LRDR représentée par son Président, Monsieur Jeff ALBRAND et son Secrétaire Général, Monsieur Steeve PEYRON.
Malheureusement la DIRMED et le Directeur du Cabinet du Préfet n'ont pu participer à cette réunion.

Un tour d'horizon détaillé des nombreuses zones accidentogènes (un dossier constitué par l'association DEVIATION-LRDR a été remis aux participants) de la RN 94 a été réalisé. Sur plan, en Mairie dans un premier temps, puis sur site où Madame la Sous-Préfète a pu constater et photographier les dégâts matériels et fonciers déjà observés depuis des années.

Aucun accident mortel récent n'est à regretter et c'est heureux.
Mais c'est normal puisque aucun piéton n'ose emprunter la RN dans sa traversée épineuse du village. Mais devrons nous attendre une ou plusieurs morts pour que l'Etat et la Région se décident enfin à réaliser la déviation de la RN 94 à La Roche de Rame ?
Il y a aujourd'hui « non assistance à village en danger » !
Y aura-t-il « non assistance à personnes en danger » ? et les procès qui suivraient ?

Heureusement Madame la Sous-Préfète prend les choses en main et nous faisons confiance à sa détermination pour que les décisions favorables soient prises sans tarder.

L'association DEVIATION-LRDR a d'ailleurs proposé une réunion très rapide de tous les acteurs concernés.

Pot d'accueil de l'association.

Les usagers de la route nationale sont invités vendredi 31 juillet de 10h30 à 11h30 à un pot d'accueil qui se tiendra sur la terrasse du bar Le Central.

Un grand merci à tous pour votre présence. Un moment de convivialité, pour se rencontrer et échanger sur la déviation de La Roche de Rame. Le passage piétons entre le bar Le Central et sa terrasse aura occasionné un fort ralentissement de la circulation de chaque côté du village. L'association en a profité pour expliquer les raisons de ce ralentissement aux automobilistes et surtout aux routiers, arrêtés devant le passage piétons, occasion de distribuer quelques bulletins d'adhésion et bouteilles d'eau. Avec la présence d'élus de La Roche de Rame et de L'Argentière La Bessée que nous remercions pour leur soutien.

Réunion publique

Dimanche 19 juillet, à 17h à la salle polyvalente de La Roche de Rame

Compte-rendu de la réunion du 19 juillet.

Hier soir avait lieu la première réunion d’informations de l’association DEVIATION-LRDR. Cette réunion s’est déroulée à la salle polyvalente de La Roche de Rame en présence de Michel Frison, maire de la commune, Jean-Robert Richard, premier adjoint, Jean-François Albrand, conseiller municipal, ainsi que de Marie-Noëlle Didier et Jean Conreaux, conseillers départementaux.
Jeff (Jean-François Albrand), le président de l’association, remercie les élus pour leur présence ainsi que le public, environ 50 personnes, puis fait les présentations de l’équipe du conseil d’administration. Il rappelle que l’association, comme cela est défini dans ses statuts, appuiera tout projet dont le tracé sera situé à l’ouest de l’actuelle voie ferrée ou à la place de celle-ci et qu’elle n’acceptera pas la solution alternative qui consisterait à aménager la nationale 94. À ce jour, alors que l’association vient tout juste d’être créée, elle compte déjà 330 adhérents, le but étant d’atteindre les 5000, objectif réalisable avec la participation de tous et les différentes actions qui seront menées par l’association, comme sa présence au vide-grenier du 12 juillet et celle prévue le 9 août. Le plus difficile étant bien sûr de tenir dans la durée puisque c’est une vision à 10 ans qu’il faut avoir. L’association prévoit de rencontrer tous les élus, locaux dans un premier temps (maires, conseillers départementaux), puis régionaux (Préfet de Région, conseillers régionaux). Jean Conreaux propose que l’association rencontre le Président du Conseil Départemental lors de sa visite à La Roche de Rame le 27 juillet.
Une question est posée sur le tracé envisagé par l’association, il est indiqué que l’association ne propose pas de tracé et rappelle une nouvelle fois ce qu’elle souhaite et surtout ce qu’elle ne veut pas. Il appartient aux services de l’état de faire ses propositions de tracé, toutefois Jeff indique que l’état pourra faire l’économie des études qui consisteraient à aménager la traversée du village puisque celles-ci ne seraient pas acceptées par l’association.
Une autre personne demande quelles sont les raisons des échecs du passé. Michel Frison fait alors un bref historique du projet de la déviation, qui devait être mise en service en 2006. La déviation devait se situer à la place de l’actuelle voie ferrée et celle-ci devait être déplacée vers l’ouest, cependant si RFF avait accepté son déplacement, ce financement n’aurait pas été prévu par les services de l’état, de plus la DDE avait proposé des modifications des raccordements Nord et Sud, modifications non acceptées par la municipalité.
Michel Frison salue cette nouvelle dynamique et Jean Conreaux nous remercie d’avoir créé cette association, puisque cette déviation concerne toutes les Hautes-Alpes. Il indique que le conseil départemental aidera à l’inscription de la déviation. Inscription, qui selon Jean-Robert Richard, pourrait se faire au prochain plan État/Région 2015/2020. Un rendez-vous avec le Préfet de Région est d’ailleurs prévu dans les prochaines semaines.
Les élus présents insistent sur le fait qu’il faudra être patient mais qu’il est prématuré de parler de projet idéal. Néanmoins, un consensus est d’ores et déjà trouvé entre l’association et les élus locaux pour faire inscrire la déviation en étude.

Cela fait maintenant plus de 50 ans que l’on parle de déviation à La Roche de Rame, alors de la patience nous en avons eu et il va en falloir encore, mais nous espérons que cette dynamique, qui n’a jamais existé auparavant, pour soutenir et aider les élus dans leur démarche, sera efficace. L’association sera vigilante quant aux propositions faites par les services de l’état, il y va de l’avenir du village et surtout de ses habitants.

Stand vide-grenier

L'association DEVIATION-LRDR tiendra un stand lors des vide-greniers des 12 juillet et 9 août à La Roche de Rame

Compte-rendu de la participation de l'association au vide-grenier du 12 juillet.

Bilan positif pour la première participation de l'association à une manifestation dans le village. Nous avons enregistré 60 adhésions d'exposants ou visiteurs, rochons ou touristes et surtout ce fut l'occasion d'expliquer le but de l'association, de se faire connaître.
Nous avons aussi recueillis des témoignages intéressants qui montre qu'une déviation n'est pas la mort d'un village et de ses commerces.
Exemple avec le témoignage d'une habitante de Châteauroux nous indiquant que le village revit depuis la déviation, les habitants pouvant se promener dans le village en toute sécurité
Ou encore avec ce témoignage écrit "Je me permets de parler de l'exemple de Monestier de Clermont (38) qui revit depuis la déviation. Les bouchons sont finis, les nuisances sonores et la pollution sont en nette baisse. Le marché du dimanche en pleine ville draine du monde. Les maisons sont rénovés et prennent de la valeur. Certains commerces naissent et donnent vie à la commune. La bataille pour la déviation a duré 30 ans mais le résultat est positif pour tous. Bon courage à votre initiative".